Les 5 bonnes raisons de se faire une garde robe éthique, écolo et minimaliste

Demain c’est les soldes! Il y en a pour qui c’est la grande joie du début d’année, bon moi c’est moyen, moyen!! je n’aime pas faire les magasins de vêtements, faire des essayages et encore moins quand il y a plein de monde. Mais bon, vu l’état de mes vêtements (y’a des trous dans mes 3 jeans oups), il est temps de refaire des achats et du coup d’en profiter pour commencer à me constituer une garde robe en accord avec mes valeurs c’est à dire éthique, écologique et minimaliste. 

Quels sont les avantages d’une garde robe éthique, écolo et minimaliste :

C’est bon pour la santé :

Nous portons, à même la peau, des habits comportant des traces de produits hautement toxiques, tels que les phtalates, les nonylphénols (NP),qui sont des perturbateurs endocriniens. Régulièrement d’importantes réactions allergiques sont constatées du fait du port de certains vêtements. 

« En 2012, Greenpeace a publié un rapport intitulé Les dessous toxiques de la mode. En cause : des substances chimiques susceptibles de provoquer des cancers et d’agir comme perturbateurs endocriniens, déréglant le fonctionnement hormonal et impactant les fonctions reproductives, détectées dans les rayons de vingt marques de prêt-à-porter. »

Pour réduire notre empreinte écologique :

L’industrie textile est, après celle du pétrole, l’industrie la plus polluante au monde–et grande consommatrice de matières premières, d’eau et d’énergie. Elle contribue pour une grande part aux émissions de gaz à effet de serre, aussi bien au niveau de la production, du transport, que de l’entretien.

 Il faut savoir qu’un jean peut parcourir jusqu’à 65000 kms entre le champ de coton et la boutique vous imaginez donc la consommation de pétrole et les émissions de gaz à effet de serre pour son transport. Pour sa fabrication, on utilise parfois des cotons transgéniques, des pesticides car le coton est fragile et près de 1300 espèces d’insectes, de champignons.. peuvent s’y nicher.

Le coton a besoin de beaucoup d’eau : il est le 3e consommateur d’eau d’irrigation dans le monde, après le riz et le blé.                                             Afin de le teindre, le blanchir ou l’imperméabilisé on utilise différents produits chimiques qui se retrouvent ensuite dans les nappes phréatiques.

Pour le respect des travailleurs :

Nos vêtements sont souvent confectionnés dans des ateliers par des personnes, et des enfants,  dont les conditions de travail sont parfois difficiles : elles travaillent 10 à 12 heures par jour, sont mal rémunérées et sans protection sociale. Il est toujours difficile de savoir ce qu’il en est car à part la mention « Made in » sur l’étiquette on ne sait pas grand-chose. Et, quand on sait que les grandes marques, dont on paye les vêtements au prix fort, font appel à ces travailleurs on peut rapidement être très en colère…..

De plus, 3 millions d’agriculteurs exposés à des herbicides, pesticides tombent malades chaque année.

 Pour gagner du temps le matin :

Si on a moins de vêtements et qu’on choisit des vêtements modulables, on se prend moins la tête à chercher sa tenue chaque jour.

Pour faire des économies et de la place dans ses placards :

Même si dans un premier temps les vêtements sont plus coûteux à l’achat, on fait le choix d’en acheter moins et on les choisit de bonne qualité ce qui augmente leurs temps d’utilisation. On peut aussi se tourner vers des vêtements d’occasion qui sont  peu coûteux.

 Source : dépliant « carnet de vie d’un jean » édité par l’ADEME

Donc, pour se faire une garde-robe éthique, écologique et minimaliste, il va falloir veiller à :

  • La matière du vêtement : biologique, biodégradable, végétale, recyclée..
  • Son impact écologique : réduction de la consommation d’eau, des déchets…
  • Son impact social : marque éco-responsable, économie locale…
  • Son utilité

Je ne sais pas vous, mais moi après tout ça et bien je n’ai plus envie de mettre les pieds dans un magasin, c’est un peu démoralisant. Mais comme maintenant il existe de nombreuses marques produisant ce type de vêtements, je vais essayer d’aller à la pêche sur le net et en boutique (pas sur d’avoir ça à côté de chez moi!)

Défi Noël

Nous sommes fin novembre, donc dans un mois nous serons à Noël. C’est une fête que j’ai toujours beaucoup aimé, retrouver mes proches autour d’un bon repas m’a toujours fait très plaisir. J’adore offrir des cadeaux enfin surtout trouver LE cadeau original pour chacun, forcement y a des années plus dures que d’autres ! Mais cette année les choses vont être un peu différentes, mon mode de vie et de consommation ayant évolué, les fêtes et les cadeaux vont changer quelque peu…

Mon défi de cette fin d’année est donc de faire un Noël plus vert : plus respectueux écologiquement, humainement :

  • qui fabrique ces objets ?
  • avec quoi ?
  • comment ?
  • cette personne a-t-elle vraiment besoin ou envie de cet objet ou va-t-elle directement le mettre dans le fond d’un tiroir ?

L’idée n’étant pas de priver mes proches (ni moi-même 😉 )  de cadeaux ou d’empêcher qui que ce soit d’acheter ou de  manger certaines choses.

Peut-être que certains voudront me suivre dans cette idée, je vais donc compiler dans différents articles, mes idées, trouvailles pour des cadeaux et emballages sympa et pourquoi pas des idées pour une jolie déco.

Ce défi s’adresse aussi :

ceux qui cauchemardent à l’idée de mettre un pied dans un grand magasin. En même temps, c’est un peu normal, à cette période de l’année une partie du monde bascule dans une autre dimension où règne la surconsommation et l’agacement général.

-Ainsi qu’aux adeptes du « do it yourself », je mettrai des idées de cadeaux à fabriquer soi-même.

– même aux mamans et papas, je n’ai pas d’enfant mais une filleule donc je vais aussi me renseigner de ce côté-là.

DIY

Un bouquet pour la vie 

bouquet de fleurs

J’ai réalisé, il y a quelques mois pour la fête des mamans, un petit bouquet de tulipes en tissu tout mignon. Pour cela il vous faut :

  • Des chutes de tissus (dont du vert pour la tige)
  • Des pics à brochette en bois
  • De la ouate (rembourrage pour coussin…)
  • Du fil à coudre
  • De la feutrine si vous souhaitez faire des feuilles
  • Une aiguille à coudre
  • De la colle
  • Une paire de ciseaux
  • Une huile essentielle ou du parfum

 

  1. Découper un cercle dans le tissu (moi je prends un bol). Le couper ensuite en deux.
  2. Retourner le demi-cercle sur l’envers, le plier en deux puis coudre le côté en laissant une marge de 0,5 cm. Retourner l’ouvrage.P1040418
  3. Coudre le long de l’ouverture de la fleur (l’arrondi du cercle) avec un point large, tirer sur le fil en laissant une petite ouverture et rembourrer la fleur avec la ouate.
  4. Pour la tige : découper un rectangle de tissu vert et le coller autour du pic à brochette.
  5. Mettre un point de colle sur le côté pointu du pic et l’enfoncer dans la fleur. Resserrer le fil fermement autour de la tige et faire un nœud.
  6. Coudre la tulipe au pic avec quelques points de couture.
  7. Mettre quelques gouttes de parfum ou d’huile essentielle
  8. Découper une feuille dans la feutrine et la coller sur le pic en mettant une pince à linge le temps que cela sèche.

 

 

 

P1040415

 

Le bocal à pensées positives, philosophiques.

P1040407

Ce sont mes collègues qui m’ont donné cette idée en m’offrant l’année dernière, 30 petites pensées pour mon voyage (1 par jour). C’était un plaisir d’en découvrir une nouvelle chaque jour. C’est très simple il vous faut un contenant en verre, du papier coloré de préférence, un stylo et quelques pensées  (il en existe des milliers sur internet).

Notez vos phrases sur de jolis papiers que vous pliez et mettez-les dans votre contenant.

Quelques idées :

  • « Oser rêver et faire de ses rêves une réalité »
  • « Dans la vie, tu as deux choix le matin : sois tu te recouches pour continuer ton rêve, sois tu te lèves pour le réaliser. »
  • « Tu ne peux pas voyager sur un chemin sans être toi-même le chemin »
  • « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde
  • « En me réveillant ce matin je souris. 24 heures toutes neuves se tiennent devant moi
  • « De toutes les passions, la seule vraiment respectable me paraît être la gourmandise »
  • « Un baiser est une gourmandise qui ne fait pas grossir ».
  • « La sagesse c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue quand on les poursuit. »

Idées cadeaux :

 Pourquoi pas des bons cadeaux (j’ai pas dit chèque cadeau !)

Il est souvent très agréable de recevoir un bon cadeau cela permet de faire, la plupart du temps, une activité à plusieurs qui laisse de très bons souvenirs. C’est donc le moment d’offrir des nuits (non pas nécessairement dans une box, on peut aussi l’acheter directement chez l’hôte et ça fait moins de papier 😉  ) Il peut être sympa de passer une nuit dans une yourte ou dans une cabane dans les arbres. Un moment en pleine nature et reposant ou il vous ait souvent proposé un petit dej, ou repas préparés par les hôtes avec des produits locaux. On y découvre aussi parfois les toilettes sèches 😉

On peut penser aussi à des entrées pour le cinéma, un jeu de piste dans une grande ville qui permet une visite ludique, une partie d’escape game (j’adore!!  vous avez 60 minutes pour vous échapper d’une pièce en résolvant des énigmes en équipe), des soins en institut, assister à une compétition sportive, participer à un cours de cuisine, de couture, d’oenologie ou des temps personnalisés : bon pour un pique-nique au bord de la seine… et que sais-je encore.

Et si vous avez des idées je suis preneuse!

Dans les prochains articles :kit pour les gourmands, jouets écolos, tricot, fabrication d’emballage, vêtements, idées déco pour la table

 

« Maison zéro déchet » épisode 1 : la cuisine

Comme dit dans un article précédent, j’ai été bénévole sur le village Alternatiba de Rouen à la maison zéro déchet, soit dit en passant : la mienne et encore loin d’être zéro déchet 😉

Quand je me suis inscrite sur cette commission autant vous dire je ne faisais pas la maligne, j’en étais au tout début de ma découverte du mouvement « zéro déchet », je venais de commencer  le livre zéro déchet de Béa Johnson. Mais, à juste titre, mes collègues bénévoles m’ont dit « tu vas apprendre plein de choses » !!

Le mouvement zéro déchet vise à réduire ses déchets non recyclables et ses déchets tout court. Il faut y aller doucement, on ne peut pas tout faire d’un coup sinon on risque de se décourager. Il faut trouver le domaine dans lequel on se sent le plus à l’aise pour commencer. Moi j’ai commencé  par mes cotons jetables que j’ai remplacé par des lavables. Oui c’est un tout petit truc, enfin vu que j’en consommais tous les jours…

Comme l’a dit une personne très éclairée sur le sujet : « le déchet le plus facile à éliminer est celui que l’on a pas produit » 😉

Une journée dans ma cuisine » zéro déchet »  :

Le réveil sonne, zouh au ptit déj, : un café ou un thé, un fruit, du pain, de la confiture. Après avoir rempli mon ptit ventre :

-le marc de café file tout droit dans mes canalisations pour éviter qu’elles ne s’engorgent mais il peut aussi aller au compost. Je n’ai pas de filtre à jeter car mon filtre est lavable. Si votre machine à café est prête à rendre l’âme pourquoi ne pas essayer la cafetière à piston.

– le thé (en vrac dans une boule à thé) et les épluchures de fruits vont dans mon petit pot à compost.

– le pot de confiture est vide : je le garde pour m’en resservir, sinon dans le bac du tri verre.

Direction le boulot, je n’ai pas de restauration collective sur place donc j’emmène ma petite boîte en verre avec mon repas ainsi que mon petit pot à compost. J’habite en appartement donc je n’ai pas de composteur mais j’ai réussi à en faire acheter un au boulot. Je travaille avec des enfants, c’est plus facile à négocier que si vous travailler dans un bureau c’est sûr ! C’est top car ça allège ma poubelle et evite les mauvaises odeurs.

Emmener son repas, c’est meilleur, plus économique et plus écologique que le plat industriel acheté à la va vite à la superette du coin ou le sandwich plein de mayo de la boulangerie. Pour le dessert un fruit ou un yaourt. Je fais moi-même mes yaourts, ils sont bio et trop bon, donc pas de pot à jeter.

Après cette journée de boulot, c’est le moment d’aller faire les courses : je prends mon petit panier à la place de mes sacs plastiques de grandes surfaces. Je privilégie les achats en vrac donc je ramène à chaque fois mes emballages papiers ainsi que ma boîte à œufs. Et pour la vraie version zéro déchet : utilisez des petits sacs en tissus. A la boulangerie, je refuse toujours le papier autour de la baguette et j’ai toujours un ou deux petits sacs en tissu dans mon sac à main pour les petits achats. Certains me diront que le papier se recycle mais à partir du moment où on accepter un papier on participe à sa production et recycler à un coût !

Au retour, je trie tous les emballages recyclables et je conserve les sachets en papier pour mes prochains achats. Je mets tous mes aliments en vrac dans des bocaux ou pots de confiture (vous voyez le lien avec le ptit dej, ;). En plus, ça fait très joli dans mon placard.

P1040402

J’adore cuisiner donc je prépare mes petits biscuits que je mange à la place des gâteaux industriels donc meilleurs et pas de déchets d’emballages. Je fais des sablés ou des cookies que je met en suite dans une petite boîte en fer pour qu’ils se conservent bien.

Si je fais une tarte, je n’utilise plus de papier de cuisson mais je mets un tout petit bout de beurre et de la farine ou de l’huile dans le plat. Oui la bouteille en verre de l’huile se recycle et le papier du beurre non mais comme tout le monde je ne suis pas parfaite !

Pour les épluchures de légumes, avant de les mettre au compost, je m’en sers pour faire des cubes de bouillons .j’ai  trouvé cette recette sur le blog uneviesansgachis. C’est tout simple :

Ingrédients :

Le jus de cuisson de vos légumes ou légumineuses

Les épluchures de vos légumes mais aussi ail, oignon…

Sel et poivre

Feuille de laurier  (je n’en ai pas)

Faire cuire le tout dans une casserole à basse température pendant 20 à 30 minutes.

Filtrez avec une passoire

Versez dans un bac à glaçons et laissez refroidir, placez au congélateur.

Le goût est assez léger, donc quand je l’ai utilise je mets deux cubes au lieu d’un.

« C’est l’heure du souper » comme dit ma grand-mère, moi c’est plutôt « c’est l’heure de manger ».

Sur la table : une carafe d’eau, vous comprendrez ma grimace devant les bouteilles en plastiques. Pas de rouleau de sopalin mais torchons ou serviettes de tables, oui le truc que nos grands-mères utilisent dont on disait que ça faisait vraiment vieillos ! En attendant, ça ne pollue pas les serviettes de mamies et maintenant il y en a des très jolies. J’ai un rouleau de sopalin qui trône toujours dans ma cuisine il n’est toujours pas entamé, il doit commencer à se sentir seul. Je le garde pour les urgences (je n’ai pas encore trouvé lesquelles) et les invités en manque de papier.

Bon ben maintenant il faut faire la vaisselle : moi j’ai toujours mon éponge (j’ai tout un stock à écouler) mais on peut la remplacer par une brosse à vaisselle  et pour le produit vaisselle afin de ne plus jeter un bidon à chaque fois ou une recharge, qui ne se recycle même pas d’ailleurs, je le fabrique moi-même, j’aime bien jouer à l’apprentie sorcière. Enfin quand vous allez voir la recette, on est loin de la sorcellerie ou de la chimie.

 Liquide vaisselle :

-30g de savon de Marseille bio rapé,

-10 gouttes d’huiles essentielles de citron (pour la conservation)

–1l d’eau bouillante.

Dans un récipient en verre mettre le savon râpé, les huiles essentielles et versez dessus l’eau bouillante. Bien mélanger et laissez reposer une nuit dans un placard. Le produit se fige, je passe mon éponge dessus dès que nécessaire. Ne vous attendez pas à ce que ça mousse autant que le savon industriel, ça mousse un petit peu. Sachez que ça vous coûtera beaucoup moins cher et que vous n’envoyez plus plein de saloperies dans l’eau et sur vos mains.

P1040400

 Produit nettoyant pour le sol :

Vous pouvez également utiliser cette préparation pour le sol, dans ce cas vous pouvez reverser de l’eau bouillante dessus pour qu’elle redevienne liquide.

Sinon on peut utiliser du savon noir : dans un récipient je mélange 7 cuillerées à soupe de savon noir et 1L d’eau. Dans votre seau, mettre 1 volume de ce produit pour 10 volumes d’eau.

Mesdames, je pense qu’il doit traîner dans vos placards un vieux bas, mi-bas enfin les trucs comme les collants, dont vous ne vous servez plus et bien ne le jetez pas utilisez-le à sec pour frotter votre robinet qui brillera de mille feu. Je trouve ça trop fort !

Pour le calcaire, je pense que vous connaissez tous(tes) le vinaigre blanc, qui sert dans toute les pièces de la maison, à avoir toujours dans sa réserve.

L’essentiel pour toute la maison : vinaigre blanc, bicarbonate de soude, un savon, des huiles essentielles et vous pouvez tout faire !

Ça peut paraître décourageant pour certain(es) mais en fait pas du tout pour moi. J’avais énormément de déchets comme tout le monde à savoir environ 350kg/an et j’en ai déjà réduit pas mal sans me prendre la tête. Faut juste réfléchir à un moment donné à sa consommation et après ça devient un réflexe en fait. Et en plus j’arrive à contaminer une partie de mon entourage, mes collègues font maintenant plus attention à leurs déchets et joue aussi aux apprentis sorcières.

Comme je l’ai dit il faut y aller tranquillement, ne pensez pas révolutionner votre intérieur en une semaine !

Et vous, avez-vous des astuces, des solutions, pour réduire vos déchets dans la cuisine ?

Lilo, un moteur de recherche qui vous veut du bien

logo-lilo_reference

Lilo est un moteur de recherche qui finance des projets sociaux et environnementaux tout en protégeant nos données privées. Le principe est simple à chaque recherche des liens commerciaux pertinents s’affichent en début de page c’est ce qui génère de l’argent ! Cet argent est symbolisé par des gouttes d’eau  qu’on cumule à chaque recherche. Dès qu’on le souhaite, on  reverse nos gouttes à un projet.

Lilo :

1) est un moteur de recherche performant qui protège notre vie privée : il ne collecte pas nos données, il envoie un message « do not track » durant notre navigation et désactive le tracking publicitaire.

2) s’engage à reverser au minimum 50% des revenus publicitaires directement à des projets sociaux et environnementaux. Les 50% restant servent pour 20% à la communication, 5% à la compensation carbone et 25% au fonctionnement (ben oui il y a une équipe derrière Lilo (et des serveurs) !)

J’ai donné mes premières gouttes d’eau aujourd’hui, on a le choix entre plusieurs projets en France et à l’étranger : une ONG remettant en économie des populations pauvres par la création de très petites exploitations agricoles familiales et durables, un réseau contre toute forme de gaspillage, des médias alternatifs, une enseigne favorisant l’emploi des séniors….A chaque fin de mois l’argent est versé aux projets.

Pour ma part, j’adhère complètement à ce moteur de recherche qui fonctionne aussi bien que Google, il protège ma vie privée et c’est très agréable de voir les gouttes d’eau s’accumuler à chaque recherche en se disant que ça va servir pour un projet auquel on croit. On découvre des ONG et des projets vraiment intéressants. Et puis je me dis qu’à grande échelle de nombreux projets pourront être financés grâce à des gouttes d’eau  😉

Google a toujours un œil sur ma vie privée, via ma tablette,  dans la mesure où il n’y a pas d’application Lilo !!

Vous pouvez l’installer sur votre ordinateur, il y a une page FAQ pour répondre à toutes les questions que vous vous posez.

Bien sur ce n’est certainement pas parfait, c’est comme tout !

http://uselilo.org

SI vous connaissez d’autres moteurs tout aussi intéressant…

A très vite

{Éco-défi} Vers une garde-robe éco-éthique et minimaliste

Voici un article de ‘Natacha du blog échosverts que je viens de découvrir. Je me retrouve dans sa réflexion et ses interrogations et elle parle du jean français 1083 que je pense m’acheter. Elle propose des éco défis chaque mois auxquels on peut participer. Bonne lecture

Échos verts

Vous souvenez-vous du 24 avril 2013? Ce jour-là, le Rana Plaza, un immeuble bengalais de 8 étages s’est écroulé, faisant plusieurs centaines de morts et de blessés. Il abritait des appartements, des bureaux et des ateliers de fabrication de vêtements de marques bien connues(Mango, Benetton, Carrefour, Auchan, Camaïeu, Primark…).

13071202_ranaplazarubble_dpa_web_01 Source: DPA

L’impact éthique de l’industrie textile

Il aura fallu que ce terrible évènement survienne pour que je prenne réellement conscience que les vêtements que j’achetais jusque-là sans réfléchir étaient fabriqués dans des conditions déplorables, par des ouvriers et des ouvrières dont le bien-être n’importait guère aux personnes dirigeant et se fournissant auprès de ces entreprises.

Depuis ce jour-là,je me demande si les vêtements de ma garde-robe portent les empreintes invisibles d’enfants ou de personnes victimes d’abus physiques ou moraux et n’ayant même pas les moyens de se vêtir… Depuis ce jour-là, je n’ai pas remis…

View original post 1 151 mots de plus